ISSN electrónico: 2007-8951
Volumen 48/ Número 189, abril-junio 2017

Vers une économie politique de la compétence. L’entreprise transnationale

Raúl Ornelas

Dans le présent document, on établit un dialogue entre trois propositions de l’analyse de la compétence entre les entreprises ; ainsi que le rôle qui jouent des institutions, des économies et des sociétés impliquées. Ces interprétations apportent des éléments pour enrichir l’économie politique de la compétence, en prenant comme axe central l’exercice du pouvoir que l’action des entreprises implique, en particulier, celle des grandes corporations qui modèlent le monde contemporain.

Mots clés: compétence économique, entreprises transnationales, chaînes globales de valeur, coûts de transaction, théorie de l’entreprise.

Chômage en Amérique Latine: flexibilité du travail ou accumulation du capital ?

Luis Fernando García y Moritz Cruz

Le chômage en Amérique Latine a subit une diminution substantielle durant la période 2000-2013. Du point de vue théorique conventionnel, ce qui précède serait le résultat des reformes orientés vers l’assouplissement du marché du travail. En revanche, le point de vue post-keynésien soutiendrait l’idée que la baisse du taux de chômage est due à une augmentation de l’accumulation du capital. Le présent document cherche à savoir lequel de ces points de vue théoriques est soutenue par des preuves empiriques. Les résultats du panneau de données suggèrent que l’accumulation du capital est la variable qui explique largement la performance du chômage. La recommandation de politique de cette preuve est de garder le même rythme de croissance de l’investissement à travers des instruments qui stimulent la demande effective.

Mots clés: chômage, marché du travail, panneau de données, théorie post-keynésienne, théorie néoclassique.

Récessions du Mexique à l’aube du xxie siècle

Pablo Mejía Reyes, Miguel Ángel Díaz Carreño, Reyna Vergara González

Dans le présent document on utilise une approche épisodique pour opposer les causes, les mécanismes de transmission et les réponses de politique pendant les récessions des années 2001-2003 et 2008-2009 au Mexique et ainsi expliquer leurs différentes caractéristiques. Ces deux récessions ont été dérivées de bulles spéculatives dans certains secteurs des États-Unis et ont généré des épisodes analogues dans l’économie mexicaine en raison de son degré élevé d’intégration. Toutefois, la première a été plus longue à cause de chocs exogènes (attaques terroristes et l’adhésion de la Chine à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC)) qui ont aggravé la chute du secteur manufacturière, et la deuxième plus profond due aux effets de l’effondrement du crédit. Cette évidence montre les limites de la politique économique nationale et le haut degré de vulnérabilité de l’économie mexicaine face aux chocs externes.

Mots clés: récession économique, cycles économiques, politiques d’ajustement, indicateurs économiques, États-Unis.


Financiarisation et secteur routier au Mexique

José Enrique Mendoza

La financiarisation a transformé la dépense publique en garantie des résultats financiers. L’une des expressions de ce processus est la dépense publique associée au capital privé pour le soutien de la titrisation d’actifs publics. Dans le cas du secteur routier, le financement structuré réduit la disponibilité des ressources publiques, permet la réalisation de nouvelles sources de profits pour le capital monopoliste financière et augmente le coût de l’infrastructure. L’objectif est d’analyser comment les partenariats public-privé (PPP) fonctionnent dans le secteur routier mexicain.

Mots clés: infrastructure, secteur routier, capital privé, actifs publiques, Autoroute Tenango-Ixtapa de la Sal.


L’agro en Uruguay: rente du sol, revenue du travail et profits

Gabriel Oyhantçabal, Martín Sanguinetti

Depuis l’année 2002, le secteur agricole de l’Uruguay a connu des transformations intenses dans un contexte de prix élevés des commodities et des flux d’investissement étranger. La présente enquête a étudié une dimension pas encore abordée de ces changements liés à leurs impacts sur la distribution des revenus, contribuant à la littérature récente sur ce sujet. Dans la période 2000-2015 on a analysé la distribution des revenus par source de rémunération (revenu du travail, profit et rente du sol), et par classe sociale, l’État y compris. Les résultats montrent que les propriétaires de terrain ont été ceux qui ont augmenté le plus leur appropriation de la valeur, que la masse salariale est légèrement accrue, et que la participation de l’État n’était pas modifiée en proportion de la valeur agricole ni dans la rente du sol.

Mots clés: secteur agricole, revenu du travail, rente du sol, plus-value, État.


Revenu extractif et l’extraction minière du cuivre au Pérou

Yuri Landa

Dans le cadre d’une approche de durabilité faible, ce document évalue si le revenu généré par l’extraction minière du cuivre a abouti à des améliorations en infrastructure éducative, sanitaire et routière dans les zones extractives du Pérou, tant au niveau des districts que des départements, entre les années 2014 et 2013. Les résultats montrent que les localités extractives ont eux-mêmes amélioré l’infrastructure évoquée en plus grande mesure que le reste, quoique dans des moindres magnitudes. Cet effet faible serait lié à une vision étroite de durabilité de l’État et a un processus de régionalisation encore en construction.

Mots clés: infrastructure, ressources naturelles non renouvelables, extraction minière du cuivre, transferts intergouvernementaux, fourniture de biens publics.


Démembrement du sol collectif et le système urbain en Chine 1990‐2015

Liu Xuedong

L’urbanisation est un processus essentielle pour assurer la modernisation d’une économie, et avec elle, on s’attendrait la potentialisation de la croissance en transférant les facteurs de production des secteurs traditionnels à faible productivité aux plus dynamiques, et en même temps, les concentrer progressivement dans les zones urbaines. Dans un pays comme la Chine, où une dualité dominante existe dans le système de la propriété foncière que, d’un part, celle qui est localisé dans les zones rurales est de propriété collectif et est destiné aux activités agricoles; d’autre part, le sol situé dans les villes à des fins urbaines est détenu par l’État.

Mots clés: urbanisation, propriété foncière, population urbaine, villes, démembrement du sol collectif.